Ministère de la culture
Beyrouth
Archives

Lettres à Beyrouth

Beyrouth, élue Capitale mondiale du livre de l’année 2010, aura consacré une multitude de projets académiques, pédagogiques, littéraires et artistiques, des expositions, des colloques et des foires de livres, des publications diverses allant du livre jeunesse aux beaux livres en passant par des romans, des recueils de nouvelles et de poésie… sans oublier le support éditorial en ligne, un outil de diffusion efficace choisi par le Centre culturel français pour lancer son projet Lettres à Beyrouth. L’ambassade de France en partenariat avec Liban Post, rappelons-le, avait lancé le coup d’envoi de Lettres à Beyrouth en juin 2009 dans la Grande Poste de Ryad el Solh devant une audience enthousiaste, composée de quelque 150 personnes, invitée à s’exprimer par écrit sur la ville de Beyrouth. Des élèves du cours de théâtre du Lycée français de Beyrouth étaient présents pour leur intimer l’ordre d’écrire à la capitale libanaise pour lui avouer son amour, son désespoir, sa haine ou sa lassitude… ils ont lu pour l’occasions quelques lettres très émouvantes qui avaient déjà été publiées sur la toile.
Un an plus tard, sur le site Internet dédiée au projet, www.lettresabeyrouth.org, nous trouvons de nombreuses lettres postées exprimant chacune son attachement, sa haine ou son amour à la ville de Beyrouth ; l’occasion pour tous les Libanais, jeune et moins jeunes habitant ici ou ailleurs, de se soulager, de régler leurs comptes ou de partager leurs émotions. Cette correspondance a rencontré un vif succès auprès de nos auteurs qui ont engagé leur plume dans des textes élogieux, amoureux, encenseurs, désespérés ou vindicatifs. Beyrouth ma mère, Beyrouth Mon premier chagrin d’amour, Tu exagères Beyrouth, je suis tombée amoureuse de Beyrouth, Pauvre Beyrouth… une liste de titres évocateurs d’une ville à la fois fascinante et lassante.
Ces lettres à découvrir et faire partager, des coups de cœur pour la plupart, voyagent sur la toile à la portée de tous ceux que Beyrouth ne laisse pas indifférents.
BWBC